« Pour sortir de l'écomystification | Page d'accueil | Que désirer encore après l'orgie? »

15/08/2012

L'arche de JLK

Pour moi qui sors peu, le journal de Jean-Louis Kuffer est un de ces trous de serrure où j'aime coller l'oeil pour voir ce qui se passe dans le milieu littéraire romand. Je m'informe: cancans d'écrivains, amitiés et inimitiés, brouilles et embrouilles, trahisons et réconciliations... Qui n'a pas ses petits plaisirs de conciergerie? J'observe tout cela avec curiosité, mais aussi avec pas mal de retard puisque ces «Chemins de traverse» couvrent les années 2000 à 2005.


jl-kuffer.jpgBien sûr l'essentiel n'est pas là: la part de l'anecdote croustillante est d'ailleurs plutôt réduite dans ce journal de Jean-Louis Kuffer. Enchaînant là où s'arrêtait «L'ambassade du papillon» (Campiche, 2000), «Chemins de traverse» se révèle ondoyant et divers comme l'auteur lui-même. On y trouve des rencontres d'écrivains, des réflexions littéraires, des récits de voyages, des choses vues, des parenthèses méditatives, des radiographies intimes, des événements tristes ou joyeux... L'unité du livre tient à son ambition: Jean-Louis Kuffer accompagne par l'écriture la marche des jours pour être au plus près de ce qu'il a sur le coeur. Ainsi va la vie; ainsi va le journal.

 

Dans ce volume, j'aime en particulier le Kuffer grand lecteur (et chroniqueur à «24 Heures») qui ne passe pas une journée sans se frotter aux livres des autres. On voit dans son journal le goût littéraire qui se forge, qui n'a jamais fini de se forger. Parfois, on serait tenté de le corriger. Non, le premier roman de Noëlle Revaz vaut mieux que son appréciation chichiteuse... Et comment prétendre que le féroce Philippe Muray manquait d'humour? Mais Jean-Louis Kuffer consacre de belles pages nuancées à Simenon, Balzac, Philip Roth ou V. S. Naipaul. Il note qu'il y a «du Noé chez le passeur de livres appelé à faire cohabiter, dans son arche, les espèces les plus dissemblables, voire les plus adverses».

 

 

Chemins-de-traverse-JL-Kuffer.jpg

 

 

«Chemins de traverse. Lectures du monde (2000-2005)»

Jean-Louis Kuffer

Olivier Morattel Editeur, 418 p.

 

Les commentaires sont fermés.