« Un dernier verre avec Frédéric Beigbeder | Page d'accueil | Un peu de lumière dans l'automne grec »

18/10/2011

Luc Dietrich: comme une comète

 

Il est agréablement troublant de voir un écrivain oublié revenir à pas de fantôme, traverser le temps, percer l'indifférence de l'époque et reprendre sa place comme une vieille connaissance. C'est ce qui m'est arrivé avec Luc Dietrich. La biographie que lui consacre Frédéric Richaud m'a incité à rouvrir son livre majeur: «L'apprentissage de la ville». Cette prose d'une beauté nette et franche, cette violence bridée par l'écriture, ce sont les marques d'un grand écrivain passé comme une comète et mort à l'âge de 31 ans, en 1944.


275484_1043505160_5160051_n.jpg

Pour le biographe, une vie brève n'est pas forcément un oreiller de paresse: Frédéric Ricaud a travaillé près de vingt ans pour réunir la matière de ce livre qui ressuscite Luc Dietrich (dont il est aussi le lointain cousin). Le récit captive. On reste sidéré devant cette vie aussi dense que chahutée. Parents toxicomanes. Suicide du père. Dérive de la mère. Internat où l'enfant se retrouve au milieu de «jeunes fous baveux». Petits métiers improbables. Fréquentation du grand banditisme. Alcools, drogues, ivresses du sexe déchaîné... Il y a chez Luc Dietrich toute les brutalités de l'existence mêlées à la douleur d'un enfant inconsolable.

 

Un peu de lumière entre dans sa vie avec la rencontre d'un aristocrate vêtu comme un clochard: Lanza del Vasto qui, par la suite, va mettre ses pas dans ceux de Gandhi et fonder la Communauté de l'Arche. La biographie de Frédéric Ricaud montre l'immense influence, morale, spirituelle, mais aussi littéraire, que Lanza del Vasto aura exercée sur ce jeune homme toujours en train de chuter, de se relever et de rechuter dans ses tourments. Leur amitié est émouvante. Sans elle, Luc Dietrich n'aurait pas écrit ces livres d'un style saisissant, «Le bonheur des tristes» et «L'apprentissage de la ville», qui cherchent la connaissance de soi par les gouffres.

 

 

9782246750314FS.gif

 

Luc Dietrich

Frédéric Richaud

Grasset, 314 p.

 

 

 


 

Les commentaires sont fermés.